Le patrimoine français

Selon des informations transmises par l’Insee, entre 2010 et 2015, on a moins connu d’inégalités entre les patrimoines en France. Néanmoins, il y a 10 % de familles aisées qui sont 139 fois plus riches que 10 % de familles modestes. Ce n’est pas vraiment une nouvelle qui enchante. A titre de comparaison, les ménages qui séjournent en France détiennent en moyenne 284 000 euros de patrimoine brut, on y inclut pas encore les voitures, les équipements de la maison, les bijoux ou même les œuvres d’arts, béret etc. Pourtant en cinq ans, le patrimoine immobilier des personnes de moins de 30 ans progresse de 6 points, soit une augmentation de 70 % au final. Cela signifie que la valeur des deux tiers de leurs biens immobiliers doit encore être remboursée.

Le patrimoine brut des français a augmenté depuis 2015

L’année 2015 a été une année bénéfique pour la majorité des ménages français, puisqu’un grand nombre de ménage ont connu une hausse de 0.5 % de patrimoine brut. Cette patrimoine inclut actifs immobiliers, financiers, actifs professionnels pour les indépendants, biens durables et objets de valeur. On y a donc pas inclut les véhicules, les bijoux, les œuvres d’art et d’autres objets personnels. La  moitié des ménages vivant en France possèdent un patrimoine de plus de 185 000 euros. Les deux extrémités, en considérant comme centre cette moitié, les 10 % des ménages aisées possèdent au moins 595 700 euros. Un ménage dans lequel le plaisir du père de famille est de fumer une pipe. Par contre, l’autre extrémité, qui constitue les 10 % des ménages les plus modestes détiennent au maximum 4.300 euros. Ce qui signifie 139 fois moins que celle de l’autre extrémité, soit celle des ménages aisés. A table, cette catégorie de ménage dépense moins. En ce qui concerne les revenus, cette inégalité de patrimoine est moins marquée. En effet, l’Insee a clairement souligné que le patrimoine de revenus des familles modestes n’est pas si différent de celle des familles assez nobles. 10 % des ménages aisées possèdent 4.6 fois de patrimoine de plus que les 10 % des ménages modestes.

Pour ce qui est du patrimoine immobilier en France

Encore sur cette période tenue en compte, la majorité des patrimoines bruts des ménages est composé de biens immobiliers. Ici, il s’agit de 61 % des ménages. Cette valeur se concentre principalement sur la résidence principale (soit 85 % du patrimoine brut). On connait une différence évidente entre le patrimoine brut chez les ménages aisés et les ménages modestes. C’est un déséquilibre qui ne surprend plus personne. Ce qui fait qu’en début 2015, les 10 % des familles capables possèdent 47 % de patrimoine brut total. De son côté, le 10 % des ménages modestes ne dispose que de 0.07 % de patrimoine brut total. L’inégalité de patrimoine entre les deux catégories de ménages en légèrement diminué de 2015 jusqu’à ce jour. L’indice de Gini est l’unité de mesure de cette inégalité. Celle- ci a pu découvrir qu’en début 2010 ce chiffre était de 0.662. Mais en début 2015 l’indice de l’inégalité entre les deux ménages n’est plus que de 0.653, une indice qui continue de diminuer jusqu’à ce jour. Ceci étant, la situation relative des ménages qui se situent en bas de l’échelle des patrimoines a connu une détérioration considérable entre 2010 et 2015. Cette population garde leur patrimoine sous forme de comptes- chèques ou dans des livrets d’épargne réglementée. Leur patrimoine moyen a diminué de 30.2 % entre 2010 et 2015 stipule précisément l’institut d’étude. Malgré ce contexte de taux bas sur l’épargne des ménages les plus défavorisées, les ménages les plus jeunes peuvent facilement accéder à la propriété. Mais s’ajoute à cela, une évolution du poids de l’endettement au niveau de leur patrimoine.